10 astuces pour augmenter la délivrabilité de sa campagne emailing

Délivrabilité et campagnes email marketing
10 astuces pour augmenter la délivrabilité de sa campagne emailing
1

La délivrabilité des emails est une composante clé des campagnes d’email marketing. En effet, il existe de très nombreuses solutions d’emailing qui vous permettent d’envoyer des milliers de messages à peu de frais. Mais êtes-vous certain que tous sont lus ? Vos destinataires vous placent-ils en spam ? Pour maximiser vos chances de réussite il existe un certain nombre de bonnes pratiques à suivre et autant de mauvaises à éviter. Nous faisons la lumière sur tous ces points.

5 causes qui expliquent un mauvais taux de délivrabilité

Les logiciels d’email marketing ne jouent pas toujours la transparence totale quand il s’agit de délivrabilité. Il y a cependant des signes qui ne trompent pas :

  • Vous constatez une chute du taux d’engagement de votre audience en regardant le taux d’ouverture et le taux de clics
  • Vous constatez une augmentation du taux de rebond (bounce rate)
  • Vous êtes bloqué systématiquement par les messageries Gmail, Outlook et d’autres

Si vous expérimentez une telle situation, sachez que vous n’êtes pas le seul. Les critères pour arriver en boîte de réception de vos destinataires sont de plus en plus stricts et nombreux. Un faux pas vous conditionne au dossier spam pour plusieurs années donc gare aux mauvaises pratiques.

Ces mauvaises pratiques expliquent la plupart du temps les causes d’un mauvais taux de délivrabilité :

  1. Mauvaise réputation de l’expéditeur : Le maintien d’une réputation d’expéditeur positive est essentiel à la réussite de vos campagnes d’email marketing. La réputation de l’expéditeur est une indication de la fiabilité de l’adresse IP et du domaine d’envoi d’un expéditeur d’e-mail. Les fournisseurs de boîtes mail (Google, Microsoft, Yahoo, etc.) prennent en compte divers indicateurs pour déterminer la réputation de l’expéditeur, notamment les signalements de spam par les destinataires, les envois à des utilisateurs inconnus, la présence sur des listes noires, etc. Pour vérifier votre réputation, faites une recherche sur senderscore.org par exemple.
  2. Taux de plaintes élevé : La clé de l’email marketing est de s’assurer que vous envoyez des courriels pertinents et opportuns à des personnes qui veulent les recevoir. Si ce n’est pas le cas, vous vous exposez aux plaintes des abonnés. Et plus vous recevez de plaintes, plus la délivrabilité de votre courrier électronique peut diminuer. Il est essentiel de maintenir le taux de plaintes des abonnés faible pour maintenir une réputation d’expéditeur positive et des taux de délivrabilité élevés.
  3. Présence sur une liste noire (black list) : dans le monde de l’email, il y a des listes blanches, des listes grises et bien sûr… des listes noires. Une liste noire est une liste de domaines et / ou d’adresses IP signalés comme étant des sources de spam « connues ». Ils sont disponibles au public et existent pour aider les messageries à protéger leurs utilisateurs contre les e-mails indésirables. Si vos pratiques ou votre contenu semblent correspondre à du spam, vous risquez d’être mis sur liste noire, que vous soyez un expéditeur légitime ou non. Découvrez si votre adresse IP est mise sur liste noire avec https://mxtoolbox.com/domain/ par exemple.
  4. Liste d’abonnés mal entretenue : Il est impératif de maintenir une liste d’abonnés de bonne qualité pour garantir que vos e-mails arrivent en boîte de réception au lieu du dossier des courriers indésirables. En plus des plaintes, il y a trois autres principaux facteurs qui démontrent la mauvaise qualité d’une liste: les pièges à spam, les utilisateurs inconnus et les utilisateurs inactifs.
    1. Les pièges à spams (ou spam traps) sont des adresses e-mail qui n’appartiennent pas aux utilisateurs actifs et qui sont utilisées pour identifier les spammeurs et les expéditeurs ayant de mauvaises pratiques en matière de qualité des données. Ces emails sont présents dans les listes d’emails volés ou achetés illégalement.
    2. Un utilisateur inconnu est un destinataire qui n’a jamais existé ou une personne dont l’email n’existe plus. Si vous envoyez un email à cette adresse, vous constaterez un hard bounce ce qui est très pénalisant.
    3. Les adresses inactives représentent les clients de votre fichier de liste qui n’ont pas ouvert, cliqué ou effectué une action pendant une période significative. Votre solution d’email marketing doit vous permettre de révéler ce segment d’inscrits.
  5. Authentification peu claire : l’authentification permet au destinataire d’un courrier électronique et au fournisseur de messagerie de confirmer l’identité de l’expéditeur. Si l’identité de l’expéditeur ne peut pas être authentifiée, les FAI et les messageries peuvent rejeter le message ou le soumettre à des filtres supplémentaires pour déterminer s’il doit être remis.

5 bonnes pratiques pour maximiser sa délivrabilité

Les messageries sont de plus en plus intelligentes, les utilisateurs ne font pas de cadeaux et les réglementations (RGPD par exemple) se durcissent. Pour autant les campagnes emailing sont toujours très puissantes et offrent d’excellents retours sur investissement. Et soyez rassuré, si vous suivez les bonnes pratiques suivantes, tout ira pour le mieux :

  1. Valider l’adhésion à la liste de diffusion avec l’utilisateur : demandez le consentement explicite lors de son inscription pour que les emails qu’il reçoit de votre part ne soient pas une surprise. Validez l’inscription uniquement si l’utilisateur a validé son email en cliquant sur un lien depuis sa messagerie. Si l’utilisateur n’ouvre plus vos emailings depuis 6 mois ou 1 an alors, demandez-lui s’il souhaite continuer à recevoir vos emails. Le consentement des utilisateurs sur la durée permet d’augmenter significativement le taux d’engagement des abonnés.
  2. Paramétrer le domaine d’expédition : la première étape est même de choisir un nom de domaine qui a bonne réputation comme celui de votre site web ou de votre messagerie professionnelle. Ensuite, configurez le SPF et le DKIM (les instructions se trouvent auprès de votre solution d’email marketing). Enfin, montrez patte blanche en configurant un DMARC et en vérifiant que vous n’êtes sur aucune liste noire.
  3. Nettoyer les listes d’inscrits : il est impératif de faire un nettoyage régulier de votre base de données. Mieux vaut moins de destinataires que de longues listes sans aucun intérêt. Supprimez les abonnés qui n’ouvrent pas les emails, les hard bounce, les emails de type yopmail, hotmail, etc. les emails génériques comme contact@, marketing@ etc. ainsi que les emails achetés qui n’ont pas accepté un consentement explicite.
  4. Segmenter pour personnaliser : l’ère de l’emailing à tout va est terminée, car les utilisateurs attendent des communications pertinentes. Privilégiez des messages personnalisés avec les préférences des utilisateurs. Dans l’e-commerce par exemple, ce serait une erreur d’envoyer toutes les collections à tout le monde. Les hommes sportifs s’attendent à recevoir des vêtements de sport pour hommes.
  5. Soigner le contenu des emails. Les emails doivent être beaux, bien conçus pour ordinateurs et mobiles, légers (peu d’images bien compressées) dont le but est de servir l’utilisateur (contenus intéressants, offres promotionnelles, lancement d’un nouveau produit). Éviter à tout prix les emails “racoleurs”.

Conclusion

Le durcissement des normes et l’exigence croissante des utilisateurs sont une opportunité plus qu’une menace. Elle permet aux messageries de retrouver leur positionnement original : un espace de communication très personnel et qualitatif. Ce positionnement permet d’obtenir d’excellents taux de conversion pour une campagne emailing donnée. Alors certes, cela vous force à passer plus de temps sur vos actions d’email marketing et surtout à monter en compétences, mais le jeu en vaut la chandelle.